DA, responsable du pôle « entreprise, emploi, compétences » - DEETS Guadeloupe

Référence : 2022-889730

  • Fonction publique : Fonction publique de l'État
  • Employeur : Délégation Générale au Pilotage des DIRECCTE et des DIECCTE
    Communément le ministère de l'économie, des finances et de la relance, le ministère du travail, de l'emploi et de l'insertion et le ministère des solidarités et de la santé
  • Localisation : Gourbeyre

Domaine: Direction et pilotage des politiques publiques

Date limite de candidature : 29/05/2022

  • Nature de l’emploi Emploi ouvert aux titulaires et aux contractuels
  • Expérience souhaitée Non renseigné
  • Rémunération (fourchette indicative pour les contractuels) Non renseigné
  • Catégorie Catégorie A+ (Encadrement supérieur - Autres emplois fonctionnels)
  • Management Oui
  • Télétravail possible Oui

Vos missions en quelques mots

Placés sous l’autorité du directeur de l’économie, de l’emploi, du travail et des solidarités, les directeurs adjoints conduisent, chacun dans leur domaine respectif, les missions qui leur sont confiées en application des dispositions du décret n° 2020-1545 du 9 décembre 2020.

Le Pôle « entreprises, emploi et compétences » est constitué de quatre services sous l’autorité hiérarchique du chef de pôle :

-           Service « Développement des Compétences »

-           Service « Développement des Entreprises »

-           Service Gestion du FSE

-           Service Régional de Contrôle de la Formation Professionnelle.

Les services du pôle 3E se répartissent sur Gourbeyre (Bisdary), Baie-Mahault (Jarry) et les Abymes (Le Raizet).

Le responsable du pôle « entreprises, emploi et compétences » est chargé des actions de développement et de sauvegarde des entreprises, notamment dans les domaines de l’industrie, du numérique et de l'innovation ainsi que de celles, définies par le ministre chargé de l'économie, dans les domaines de l'intelligence économique. Il met en œuvre des actions en direction des salariés et des publics éloignés de l’emploi, des actions de développement de l’emploi et des compétences, d’accompagnement des transitions professionnelles, d’anticipation et d’accompagnement des mutations économiques, de développement et de régulation des acteurs de la formation professionnelle et de l’apprentissage.

Il conduit des stratégies transversales de l’Etat ou y contribue et facilite le travail en mode projet des équipes.

Il recherche, avec le responsable du pôle inclusion et solidarités, les synergies et l’articulation optimales des actions conduites par chacun des pôles.

Profil recherché

Le candidat / la candidate devra disposer d'une expérience professionnelle solide et diversifiée intégrant en particulier :

- une expérience avérée en matière de management de services, d’instauration d’un état d’esprit collectif et de valorisation des réalisations des agents, de pilotage stratégique ;

- une expérience de mise en œuvre d’actions de contrôle et une expérience d’évaluation des actions mises en œuvre.

Par ailleurs, les compétences suivantes sont attendues :

- - une capacité, aux côtés du directeur régional, à créer et à faire vivre des partenariats, à impulser et à animer la concertation avec les divers interlocuteurs qui concourent localement à la mise en œuvre des politiques publiques ;

- une qualité d’écoute et de compréhension des enjeux des autres fonctions au sein de la direction régionale ;

- des qualités relationnelles, de communication, un sens du dialogue et de la négociation et une ouverture d'esprit ;

- une perception immédiate des enjeux et des éventuelles difficultés, afin d’être en capacité d’anticiper et de prendre des décisions adaptées aux circonstances puis d’en rendre compte. 

En outre, une bonne connaissance des politiques publiques à mettre en œuvre est souhaitable, et une expérience outre-mer serait appréciée.

Ce poste requiert une réelle disponibilité.

Enfin, le candidat / la candidate doit remplir les conditions statutaires posées par le décret susmentionné du 31 décembre 2019 relatif aux emplois de direction de l'Etat.

Qui sommes nous ?

Aux termes de l’article 1er du décret n° 2020-1545 du 9 décembre 2020 qui les crée, les DEETS constituent les services déconcentrés communs aux ministres chargés de l'économie et des finances, du travail et de l'emploi et de la cohésion sociale. Elles doivent notamment contribuer à la mise en œuvre de la stratégie gouvernementale de lutte contre la pauvreté en se dotant des moyens d'accompagner les personnes en difficulté, de l'hébergement d'urgence à l'insertion par l'activité économique et à l'emploi.
La DEETS est placée sous l'autorité du préfet et, pour les missions relatives au système d'inspection du travail, sous celle du directeur général du travail.
La DEETS est chargée :
-           De la politique du travail et des actions d'inspection de la législation du travail ;
-           Des actions de contrôle du bon fonctionnement des marchés et des relations commerciales entre entreprises, de protection économique des consommateurs et de sécurité des consommateurs ainsi que des actions de contrôle dans le domaine de la métrologie légale ;
-           Des actions de mise en œuvre de la politique économique et sociale, dans les domaines de l’emploi, du développement des entreprises et notamment dans l'innovation et de la compétitivité de l’industrie, du marché du travail, de la formation professionnelle continue, de l’apprentissage, des mutations économiques, ainsi que celles conduites dans les domaines de l'intelligence économique et de la sécurité économique

            Du pilotage et de la coordination des politiques sociales et de leur mise en œuvre, notamment les actions visant à mobiliser et coordonner les acteurs de l’insertion sociale et professionnelle et du monde économique sur le parcours des personnes les plus éloignées du marché du travail, la prévention et la lutte contre les exclusions, de la protection des personnes les plus vulnérables et notamment des primo-arrivants, de l'accès à l'hébergement et au logement des personnes en situation d’exclusion, de la promotion de l’accès à l’autonomie et à l'intégration sociale des personnes handicapées, du volet économique et social de la politique de la ville, de la prévention et la lutte contre les discriminations, de la promotion de l'égalité des chances, de la formation et la certification dans le domaine des professions sociales, et des professions de santé non médicales.

Ces missions sont réparties entre quatre pôles:

-          Pôle « politique du travail »

-          Pôle « concurrence, consommation, répression des fraudes et métrologie ».

-          Pôle « entreprises, emploi, compétences »

-          Pôle « cohésion sociale »

A propos de l'offre

  • Les candidatures, accompagnées d'un curriculum vitae, d'une lettre de motivation comportant les éléments permettant d'apprécier la bonne adéquation entre le parcours professionnel, les compétences et le niveau d'expérience du candidat, doivent être adressées, dans un délai de trente jours à compter de la date de publication du présent avis au Journal officiel SOIT JUSQU4AU 29 MAI 2022, sous couvert de la voie hiérarchique au secrétariat général des ministères chargés des affaires sociales, uniquement et impérativement, par voie électronique à l'adresse suivante : sgmcas-pole-ts-rh@sg.social.gouv.fr

    Pour les fonctionnaires, les candidatures sont accompagnées d'un état des services ; Pour les cadres n’ayant pas la qualité de fonctionnaire, les candidatures sont accompagnées de documents attestant de l'occupation effective des emplois mentionnés dans le curriculum vitae et permettant d’apprécier le niveau de responsabilité des emplois précédemment occupés. Ils doivent être en capacité de justifier d'au moins six années d'activités professionnelles diversifiées les qualifiant particulièrement pour l'exercice de fonctions supérieures de direction, d'encadrement ou d'expertise.

  • Les conditions d'emploi sont fixées aux articles 11 à 16 du décret susmentionné du 31 décembre 2019.

    La durée d'occupation de cet emploi est de quatre ans, renouvelable une fois dans la limite de six ans. En application de l'article 13 du décret du 31 décembre 2019 susmentionné, la période probatoire est fixée à quatre mois.

    La rémunération brute annuelle dépend de l'expérience du titulaire de l'emploi. Elle comprend une part fixe comprise entre 68 000€ et 92 000€ brut par an. Un complément indemnitaire annuel sera également versé sous réserve de la manière de servir au cours de l'année N-1 et des résultats de l'exercice ministériel d'harmonisation.

  • décret susmentionné du 31 décembre 2019.

  • JO DU 29 AVRIL 2022

  • Susceptible d'être vacant à partir du 07/05/2022
  • Cadre dirigeant d'un service territorial

D'autres offres pourraient vous intéresser