Surveillant ou Surveillante pénitentiaire

Acteur clé de la protection de la société, en charge de la surveillance et de l’accompagnement des personnes détenues.

Quel est son rôle ?

La surveillante ou le surveillant pénitentiaire prend en charge les personnes confiées par les autorités judiciaires et en assure la garde et favorise les actions de réinsertion. Il travaille au sein des établissements pénitentiaires : maisons d’arrêt ou établissements pour peine.

Quelles sont ses missions ?

En charge de la surveillance des personnes détenues,  il les accompagne dans leurs déplacements et activités. Il assure la garde des établissements, le contrôle des mouvements internes et des escortes extérieures. Ainsi il concourt à la protection de la société.

Au contact quotidien des détenus, il veille au maintien de l’ordre et de la discipline, prévient les situations conflictuelles et assure l’exécution des peines. Il est également chargé de la sécurité de l’établissement, du personnel et des détenus. De ce fait, il participe à la tenue du poste central d’information, aux renseignements pénitentiaires, aux contrôles et aux fouilles.

Interlocuteur privilégié des personnes détenues,  il les accompagne et les encadre dans leur parcours de détention : information sur leurs droits et devoirs, relais des décisions prises par la hiérarchie, aide à l’expression des demandes. Il cherche à prévenir la récidive et favorise les actions de réinsertion au sein de la structure (apprentissage, lecture, modules de respects). Avec l’aide des services pénitentiaires d’insertion et de probation (SPIP), il prépare les détenus à leur sortie de détention.

Quelles sont ses compétences ?

De réelles qualités humaines et un sens de l’écoute sont indispensables pour dialoguer avec les détenus et les accompagner dans leur parcours. De bonnes capacités de communication sont aussi nécessaires pour travailler en équipe. Il faut faire preuve d’un sens de l’observation et de rigueur pour analyser un comportement ou une problématique et en rendre compte. La maîtrise de soi, l’impartialité et l’autorité sont primordiales pour gérer des conflits et veiller à la sécurité de l’établissement. Par ailleurs, des connaissances juridiques et techniques permettent d’assurer la surveillance des personnes détenues et de favoriser leur réinsertion.