Rédiger son CV

Publié le 21 avril 2022

Souvent perçu comme un exercice ennuyeux, laborieux, parfois angoissant ; rédiger son CV est pourtant une belle opportunité de mieux se connaître et de prendre du recul sur son parcours !

Commençons par un peu d’étymologie, rassurez-vous ça sera très court. Curriculum vitae vient du latin et signifie déroulement de la vie. Alors, allons-y racontons notre vie, me direz-vous ?

Il ne s’agit pas de se lancer tête baissée et d’écrire un roman sur votre vie, il ne s’agit pas non plus de faire une énumération de dates sans y apporter de fond.

Décrire son parcours de vie. Les plus jeunes diront sans doute que leur parcours est bien court pour donner de la matière à leur CV et les plus expérimentés quant à eux seront peut-être confrontés à la difficulté de synthétiser les éléments les plus pertinents de leur parcours. Chaque situation est différente et chacune d’elle a ses avantages, mais l’essentiel est d’abord de comprendre ce que l’on cherche et qui nous sommes.

La rédaction du CV comprend donc deux grandes phases : la phase préparatoire et la phase de rédaction à proprement parler.

Voyons en détail, la phase préparatoire.

C’est sans doute la phase la plus longue mais vous pourrez réutiliser le fruit de ce travail à chaque fois que vous voudrez actualiser votre CV. Elle vous sera également utile pour préparer vos entretiens avec les recruteurs. Cette phase est composée de plusieurs étapes.

  1. 01

    Prendre un temps pour s’interroger sur soi

    Posez-vous ces questions : Pourquoi je fais ce CV ? Quel est mon objectif ? Pourquoi ce poste ou cette entreprise m’intéresse ? Que puis-je apporter ? En quoi mon expérience, mes compétences, mes savoirs correspondent-ils aux missions du poste ?

    Conseil : conserver les réponses précieusement, elles vous seront utiles pour vos lettres de motivation, si elles sont demandées, et pour vos entretiens avec les recruteurs.

  2. 02

    La frise historique

    Dès l’école primaire vous avez sans nul doute fait connaissance avec le principe des frises historiques. Que cela vous ait passionné ou pas, là n’est pas la question, tout l’intérêt de cet outil est de faire appel à votre mémoire et de vous aider à retracer vos activités : scolaires, universitaires, professionnelles, personnelles. Oui, j’ai bien dit personnelles : une activité sportive, un engagement dans une association, une aventure à l’étranger… vous auront sans doute amené à développer des compétences. Il peut s’agir de compétences techniques (hard-skills) ou de compétences comportementales (soft-skills), certaines d’entre elles pourraient très bien être transposables dans le milieu professionnel.

    Inutile de prendre vos outils bureautiques pour faire une belle mise en forme pensant déjà au document final, vous êtes dans la phase préparatoire. Les informations que vous allez noter ici ne trouveront pas toutes leur place dans votre CV.

    Sur cette frise, notez les dates, les entreprises, écoles, associations, pays… dans lesquels vous étiez. Notez les réalisations que vous avez faites (exemple : la réalisation d’un site web, la construction d’un aménagement paysager, la mise en place d’un plan marketing…). L’intitulé du poste que vous occupiez vous apportera peu alors que vos réalisations vous aideront à vous souvenir de vos réussites et de vos échecs. N’oubliez-pas, un échec nous construit, alors notez-le aussi. De manière générale, que ce soit des réussites ou des échecs, interrogez-vous sur ce qu’ils vous ont appris : Pourquoi j’ai réussi ? Pourquoi j’ai échoué ? Quels sont les facteurs, le contexte qui m’ont amené à ce résultat ? Quels enseignements ai-je tiré de mes échecs ?

  3. 03

    Vos compétences

    Il s’agit de vous interroger sur ce que vous êtes capable de faire. L’étape précédente vous aura permis de poser les bases, à présent vous allez les formaliser.

    Prenons l’exemple de la conduite de projets. La nature du projet, les enjeux, les personnes impliquées… amènent à développer des compétences plus ou moins transposable d’un projet à l’autre. Un projet mobilisant uniquement des ressources internes n’exigera pas les mêmes compétences qu’un projet impliquant des partenaires externes, notamment lorsqu’ils exercent leur activité dans d’autres pays. De même si le projet répond à un enjeu politique ou stratégique fort, la conduite de ce dernier sera plus sensible et appellera d’autres compétences qu’un projet répond à un besoin de gestion interne. De la même manière un projet d’infrastructure routière répond à des exigences différentes d’un projet informatique par exemple.

    Pour vos expériences extra-professionnelles, la démarche est la même. Par exemple, si vous êtes entraineur d’une équipe de jeunes handballeurs, posez-vous la question de savoir quelles compétences vous mobilisez le plus dans cette activité et qui peuvent être un atout transposable dans une activité professionnelle.

    Il s’agit donc de valoriser les compétences particulières que vous savez mettre en œuvre.

  4. 04

    Le lien avec l’offre d’emploi

    Maintenant que vous avez écrit votre parcours, que vous avez à l’esprit l’ensemble de vos réalisations et les compétences que vous avez développées, vous allez pouvoir comparer ces éléments à l’offre d’emploi.

    Il s’agit d’identifier dans l’offre d’emploi et dans vos éléments préparatoires ceux qui concordent. Ce sont sur ces points que vous allez concentrer vos efforts de rédaction dans votre CV.

Chaque poste est unique. Adaptez votre CV et votre lettre de motivation à chaque offre d'emploi.

Il n'existe pas un CV, ni deux, mais autant de CV que de candidatures !

Vous espériez qu’une fois votre CV réalisé vous alliez pouvoir candidater rapidement à toutes les offres qui vous intéressent ? Vous comprenez maintenant, puisqu’il s’agit de sélectionner dans votre parcours les éléments correspondants au plus près à ceux de l’offre d’emploi, il faudra donc adapter votre CV à l’offre ou dans le cadre d’une candidature spontanée aux activités de l’employeur.

Passons à présent à la deuxième phase : la rédaction

Vous disposez à présent de tous les éléments utiles pour passer à la rédaction du CV. Son contenu :

  • repose sur un principe de sélection des compétences, des expériences et des réalisations : indiquez uniquement ce qui contribue à valoriser votre candidature par rapport aux attentes du recruteur sur le poste visé. Supprimez les informations qui ne sont pas nécessaires au bénéfice d’une information plus utile et d’une présentation plus aérée.
  • traduit la réalité des expériences professionnelles et des compétences mises en évidence. Chacune d’elles doit pouvoir être illustrée par des réalisations concrètes.
  • comprend la description des principales activités, réalisations et compétences détenues par rapport au poste visé. En revanche il ne doit pas contenir ce qui relève de tâches (qui sont d’un niveau de description trop précis pour la finalité de ce document). De plus, le niveau d’implication doit clairement ressortir (exemple : « contribuer à » n’est pas la même activité que « conduire »)
  • contient les informations clés : votre identité, vos coordonnées, vos expériences et compétences présentées selon le type de CV choisi, votre formation initiale et continue, vos centres d’intérêts (activités sportives, culturelles ou associatives).

ATTENTION : certains employeurs ont mis en place des processus de recrutement anonymes et exigent des CV sans identité et avec un minimum de coordonnées pour vous contacter sans vous identifier. Soyez vigilants et adapter les informations à leurs attentes.

Plusieurs types de CV sont possibles :

Le CV chronologique

Il présente votre parcours professionnel par rubriques (expérience professionnelle, formation, centre d’intérêts), les expériences et les formations les plus récentes figurant en haut de rubrique.

  • Points forts : clarté du déroulement du parcours et transparence à l’égard du recruteur
  • Points faibles : originalité limitée, valorisation des compétences réduite.
  • Dans quel cas opter pour ce CV ? Si vous avez un parcours peu diversifié, ce type de CV vous permettra de détailler vos postes et réalisations.

Le CV par compétences

Il fait abstraction de la chronologie au bénéfice des compétences qui structurent la rubrique « expérience professionnelle ». Celui-ci s’organise autour des domaines de compétences de la personne auxquels sont rattachés ses postes ou ses formations.

  • Points forts : gain de place, l’approche par les compétences peut être appréciée.
  • Points faibles : déroulé du parcours moins intuitif, exigeant à construire, il suppose de connaître précisément les besoins du recruteur.
  • Dans quel cas opter pour ce CV ? Si vous votre parcours comprend de nombreux postes, ce type de CV permet de gagner de la place. Et si votre parcours est diversifié, ce CV vous permet d’utiliser les compétences comme lien entre vos expériences.

Le CV chrono-fonctionnel 

Il est une synthèse des deux types de CV précédents en prenant la forme d’un CV chronologique tout en soulignant les compétences et les réalisations pour chaque poste occupé.

  • Points forts : équilibre entre compétences et chronologie. Compréhension du parcours facilité par le recruteur.
  • Points faibles : suppose un certain nombre d’expériences dans des domaines diversifiés.
  • Dans quel cas opter pour ce CV ? Si vous avez occupé des emplois aux missions et réalisations diversifiées et que le nombre de postes restent limité sans quoi la place risque de vous manquer.

Le CV à double entrée

Il est une alternative au CV chrono-fonctionnel. La rubrique expérience professionnelle est organisée autour des postes occupés en valorisant les réalisations. Une rubrique dédiée aux compétences synthétisera les compétences détenues en lien avec l’emploi visé. Ce type de CV est souvent présenté en double colonne.

  • Points forts : équilibre entre réalisations, compétences et postes occupés. Mise en avant des compétences fortes détenues par rapport à l’offre. Gain de place.
  • Points faibles : exige un effort de synthèse et une bonne compréhension des attendus du poste.
  • Dans quel cas opter pour ce CV ? Si vous avez occupé des nombreux postes aux missions diversifiées.

Astuces : ne négligez pas la rédaction des compétences !

De plus en plus d’employeurs utilisent des outils RH qui recourent à l’intelligence artificielle. Dans ce cas, le tri des CV s’appuie sur des mots clés. Le choix des mots aura alors beaucoup d’importance pour passer cette étape. Même si c’est encore peu répandu dans la fonction publique, cela existe !

La mise en page.

Ayez à l’esprit qu’un recruteur voit passer beaucoup de CV. Un CV ne sera analysé dans le détail que s’il a passé l’étape de lecture diagonale qui ne dure que quelques secondes. Aussi, donnez une chance à votre CV d’être lu par une présentation soignée, aérée tout en indiquant les éléments de votre parcours de manière suffisamment complète pour intéresser votre lecteur.

Une page ou plus ?

Cette question se pose souvent, mais il n’y a pas de normes définies. Si votre CV comporte deux pages mais que les informations contenues restent synthétiques il pourra tout à fait convenir. Au-delà de 2 pages, même pour une personne qui a 30 ans d’expérience la question se posera de votre capacité de synthèse. Cela risque dans tous les cas de décourager le recruteur. Un CV n’est pas un portfolio, il ne s’agit pas de détailler toutes vos réalisations.

Pas à l’aise avec la mise en forme ?

Vous trouvez aujourd’hui sur internet des outils en ligne, parfois gratuits pour mettre en forme votre CV. De nombreux modèles sont proposés, vous pouvez les utiliser pour y intégrer votre contenu. Certains plus originaux que d’autres, optez pour une présentation qui vous ressemble mais qui sera aussi adaptée pour l’environnement professionnel auquel vous vous adressez.

Enfin dernier conseil : transmettez votre CV en format pdf et veillez à le nommer de manière compréhensible par le recruteur.

A lire aussi ...